Pourquoi ne seriez-vous pas reconnaissant au travail ?!

Le bien-être de ses collaborateurs, la minimisation des frictions entre les membres au sein d’un groupe voire de l’entreprise en elle-même, passe par la reconnaissance. Toutefois, la reconnaissance ne se réduit pas au simple fait de dire « merci ». Et pour bien comprendre ces deux principes voyons les différences qui les caractérisent. 

Prenons le Larousse, la définition de la reconnaissance est la suivante : “Sentiment qui incite à se considérer comme redevable envers la personne de qui on a reçu un bienfait : Témoigner sa reconnaissance à quelqu’un.” La reconnaissance est donc un ensemble d’attentions positives que nous pouvons mettre en place envers nos collaborateurs. Ne se cloisonnant pas seulement au simple “merci”. 

Voyons maintenant la définition du remerciement : “Action de remercier, de témoigner sa reconnaissance”. De ce fait le remerciement est l’une des parties qui composent le sentiment de reconnaissance.

Maintenant que ces deux notions sont plus claires dans nos esprits, analysons et voyons les bienfaits que procure le processus de reconnaissance sur nos collaborateurs !

 

Si nous analysons la définition de la reconnaissance, deux grandes notions apparaissent. Le fait de prodiguer un bienfait mais également d’être redevable à la personne qui le prodigue. Il y a donc une relation, une interaction qui se produit entre les collaborateurs. En prodiguant un bienfait nous allons faire naître un cercle vertueux, le collaborateur qui se sent reconnaissant cherchera un moyen de vous “renvoyer la pareille”. 

Et quels meilleurs moyens pour cela que de montrer son engouement d’appartenir à votre équipe et d’être plus consciencieux dans son travail. Tout ceci contribuant à une augmentation du bien-être et de la productivité de vos collaborateurs mais pas que ! 

En effet d’après le baromètre santé et qualité de vie au travail 2019 de Malakoff médéric humanis, 42% des salariés ne se sente pas reconnu par leur hiérarchie. 

Il est facile d’imaginer la perte de productivité que cela entraîne sur un groupe, une entreprise, une institution si quasiment la moitié de son effectif à ce sentiment de frustration. 

 

Maintenant voyons la situation sous un autre angle, après analyse du sentiment de reconnaissance, imaginons que dans notre écosystème ce pourcentage baisse de 42% à 10% en comptant les éternels insatisfaits. La productivité de l’entreprise subirait une sensible augmentation mais pas seulement ! Effectivement le bien-être de nos collaborateurs sera au rendez-vous et rayonnera hors de nos murs. Permettant ainsi de développer l’autorité de notre entité. Quelques exemples :

  • Pour les chef d’entreprises, les meilleurs élément postuleront pour la dernière offre d’emploie mise en ligne. 

  • Pour la gestion de projet, les collaborateurs voudront faire partis de notre groupe de travail. 

  • Pour une institution, un service institutionnel, il en va de même, avec un avantage double, la baisse de l’absentéisme au travail qui y est plus élevé que dans le privé. 


Il va de soi que la reconnaissance au travail n’est pas le seul levier qui actionne la productivité de notre organisation. Cependant d’après le cabinet Robert Half, 54% des DG et managers sondés affirment que l’engagement et la motivation des collaborateurs sont les facteurs N°1 pour la productivité de l’entreprise ! Il serait dommage de passer aux côtés de tels bénéfices alors qu’une multitude de gestes simples et un peu d’empathie permettent d’instaurer une atmosphère de reconnaissance et un climat de bien-être au travail.

Je vous propose maintenant une liste non exhaustive de bienfaits pouvant être mis en place.

 

  • La première chose et surement la plus logique me direz-vous, saluez vos

collaborateurs. S’ils font partie de votre périmètre d’action n’hésitez pas à prendre de leurs nouvelles, ayez de l’empathie. Votre collaborateur a un souci d’ordre privé et il aurait besoin d’un aménagement de son temps de travail ou même de faire du télétravail si cela est possible ? Pas de soucis, trouvez une solution ensemble. Soyez sûr qu’il saura être reconnaissant.

 

  • N’attendez pas le rendez-vous annuel pour expliquer à vos collaborateurs ce qui 

va ou ne va pas dans leur façon de travailler. Il est nettement plus judicieux de leur faire des feedbacks tout au long de l’année. Cela permet l’ajustement des méthodes de travail en temps réel plutôt que leurs expliquer qu’ils se trompent dans l’accomplissement de la mission depuis un certain temps. Et surtout dites leurs ce qu’ils font de bien ! Encouragez-les.

 

  • Nous avons vu que le remerciement faisait partie des actions qui entraînaient la 

reconnaissance et bien c’est le moment de l’utiliser ! Votre collaborateur, votre groupe a réalisé avec brio une mission compliquée ? ils se donnent à 200% pour finir au mieux un projet ? N’hésitez pas à les remercier, c’est un geste gratifiant qui est à coût sûr apprécié !

 

  • Une dernière piste et non des moindres, la possibilité de déléguer sa signature à 

son ou ses collaborateurs directs. Cette pratique est courante dans les administrations et j’ai pu moi-même l’expérimenter. Quoi de plus gratifiant que la confiance de votre supérieur vous permettant d’envoyer et de répondre à des mails en son nom ! Dans le secteur privé cela peut se traduire par l’autorisation de signer en votre nom des autorisations de dépenses, des contrats ou toutes autres actions que vous jugez possible.

 

Cependant la reconnaissance n’est pas à sens unique. Elle doit également s’exprimer des “employés” vers le manageur ou autres supérieurs. Elle peut s’exprimer avec certaines attentions que nous avons développées ci-dessus, permettant le développement d’un climat de confiance. Cela permet également d’accroître au manageur sa confiance en ses jugements. Gagnant en assurance, il sera plus à l’aise et enclin à montrer de la reconnaissance… c’est le fameux cercle vertueux !

 

Les bénéfices de la reconnaissance s’appliquent dans n’importe quel écosystème, des tpe – pme à l’armée en passant par les grandes multinationales. Ne demande que très peu de ressources, s’exprimant la plupart du temps à travers des gestes simples qui nous ont été enseignés lorsque nous apprenions la politesse quand nous étions enfant. Alors avec autant de bénéfices, pourquoi s’en privé ?!  

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

2 + 13 =